FAFPT - Syndicat Autonome de la Fonction Publique Territoriale
FA-FPT > Fédération > Echos > Echos FA-FPT n°98 Septembre-Octobre 2015

Echos FA-FPT n°98 Septembre-Octobre 2015

Echos FA-FPT n°98 Septembre-Octobre 2015

De l'accueil des réfugiés à l'accord « PPCR » en passant par la Cour des comptes …

Curieuse introduction me direz-vous pour un édito de rentrée, mais comment ne pas évoquer, en cette période si particulière, ces trois événements qui semblent ne rien avoir en commun si ce n'est le rôle du service public et son avenir au sein de notre société.

C'est parce que cet édito est celui d'une revue entièrement dédiée à la Fonction publique que ces trois sujets d'actualité méritent d'être évoqués à leur juste valeur !

S'agissant tout d'abord de l'accueil des réfugiés, n'est-il pas indispensable de replacer ce débat au niveau qu'il n'aurait jamais dû quitter, à savoir celui des valeurs humanistes !

Ne nous y trompons pas, c'est bien de cela dont il s'agit lorsque l'exode touche des familles entières qui, pour fuir les violences de la guerre et son lot de persécutions, décident de tout abandonner, n'emportant avec eux qu'une valise et des souvenirs pour trouver refuge dans une démocratie.

La France qui se situe aujourd'hui parmi les premières puissances économiques mondiales a décidé de s'engager dans l'accueil d'environ 24.000 réfugiés sur deux ans. D'un point de vue purement comptable, ces 24.000 personnes représentent environ 6.000 familles.

La répartition de ces familles entre les quelques 36.000 communes que compte notre pays engagerait donc une commune sur six !

Nombreux sont les maires qui, au-delà des clivages politiques, se saisissent de cette démarche.

J'ai demandé à Antoine Breining de nous faire part de son expérience sur ce sujet dans la toute nouvelle rubrique de notre journal intitulée : « L'invité-ée des Échos de la FA-FPT ».

La France était-elle plus riche lorsqu'au cours de son histoire et dans des proportions bien plus importantes, elle a accueilli des réfugiés fuyant le nazisme ou d'autres dictatures ?

La FA-FPT réaffirme qu'elle se place délibérément aux côtés de celles et ceux qui s'engagent pour la défense des droits de l'Homme.

C'est bien la force publique qui, au travers de ses enseignants-tes, ses agents-tes des services sociaux territoriaux, son personnel soignant notamment, toutes et tous acteurs du service public, permettra d'écrire une nouvelle page de notre Histoire en accueillant dignement ces femmes, ces hommes et ces enfants, loin des peurs irrationnelles et dans un esprit conforme aux valeurs de notre République parfaitement incarnées par la Fonction publique.

Dans ce contexte, et aussi surprenant que cela puisse paraître, la Cour des comptes revient à la charge sur les dépenses publiques -et le coût des fonctionnaires- embrayant le pas du Premier ministre de l'ancienne majorité qui, dans son programme pour les primaires de son parti, met en avant sa volonté de supprimer 600.000 emplois publics (soit 10 % des effectifs) avec un retour aux 39 heures dans un pays dont 10 % de la population active sont privés d'emploi !

Le ministre de l'Économie vient de rajouter sa touche personnelle au dynamitage de la Fonction publique, considérant que le statut « n'est plus adapté au monde tel qu'il va » et surtout « n'est plus justifiable ».

La FA-FP vient d'adresser un courrier au Premier président de la Cour des comptes ainsi qu'à M. le ministre de l'Économie pour les inviter à la table ronde de notre prochain Congrès : « Le statut de la Fonction publique : une chance pour le service public de demain !». Autrement dit, une belle occasion d'échanger et de confronter nos arguments sur ce sujet …

Enfin et pour terminer ce rapide tour d'horizon de rentrée, la FA-FPT, tout comme la FA-FPH, s'est positionnée pour la signature du projet d'accord relatif à l'avenir de la Fonction publique, la modernisation des parcours professionnels, des carrières et des rémunérations (PPCR).

La FA-FP a donc informé Madame la ministre qu'elle engageait sa signature en toute Autonomie sur ce projet considérant que cet accord représentait la réaffirmation de la place de la Fonction publique et de ses agents-tes dans la société française de demain.

C'est aussi pour notre Fédération l'occasion d'envoyer un message clair à celles et ceux qui, de tous bords, voudraient en finir avec l'idée même de service public !

Je vous donne à toutes et tous rendez-vous à Cenon pour poursuivre ensemble la construction de l'avenir du syndicalisme Autonome !

Solidairement.

Bruno Collignon

Président de la FA-FPT


Téléchargez le document ... (pdf, 3237 Ko)
[26/04/2016]

 

© FA-FPT - Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale - 96 rue Blanche 75009 Paris - Affiliée à la FA-FP