FAFPT - Syndicat Autonome de la Fonction Publique Territoriale
FA-FPT > Fédération > Revue de presse > Les syndicats attendent une clarification des attributions du ministre de l'Action et des Comptes publics

Les syndicats attendent une clarification des attributions du ministre de l'Action et des Comptes publics

Alors que certaines d'entre elles ont réagi le 17 mai 2017 immédiatement après l'annonce de la composition du gouvernement à l'absence d'un ministère de plein exercice chargé de la Fonction publique et du rattachement de cette thématique à Bercyles responsables des fédérations syndicales de fonctionnaires, attendent désormais du ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, une clarification du périmètre de son portefeuille et de ses attributions. Ils escomptent aussi être reçus rapidement afin de faire valoir leurs revendications qui concernent en priorité l'organisation rapide du rendez-vous salarial prévu cette année, la poursuite de la mise en œuvre du protocole d'accord PPCR ainsi que des nombreux chantiers lancés sous le quinquennat précédent et restés inachevés .

"Je souhaite montrer l'attachement qui est le mien à la fonction publique, moi qui ne suis pas fonctionnaire mais ai pu servir l'État par ailleurs. Il n'y a de richesses que d'hommes. Je suis très fier que le président de la République m'ait proposé de servir mon pays et de servir les fonctionnaires", a déclaré le nouveau ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, le 17 mai, lors de la passation de pouvoirs avec Annick Girardin, ancienne ministre de la Fonction publique.

Pas sûr toutefois que ces propos soient de nature à rassurer pleinement les organisations syndicales de la fonction publique, dont certaines se sont émues par voie de communiqué de l'absence d'un ministère de la Fonction publique de plein exercice immédiatement après l'annonce de la composition du gouvernement du nouveau Premier ministre Édouard Philippe.

Au lendemain de cette annonce, passées les premières réactions à chaud, les commentaires des syndicats de fonctionnaires restent de la même teneur et la majorité d'entre eux demandent à être reçus rapidement par le nouveau ministre, même s'ils restent tous prudents quant à la pérennité du gouvernement actuel après les législatives de juin.


Les syndicats attendent une clarification des attributions du ministre de l'Action et des Comptes publics

CFDT Fonctions publiques

"Nous attendons de rencontrer rapidement le ministre de l'Action et des Comptes publics, sachant que son périmètre d'intervention est un mauvais signal et n'est pas de nature à nous rassurer puisqu'il laisse entendre une vision purement budgétaire de la fonction publique", indique Mylène Jacquot, la secrétaire générale de l'Uffa-CFDT, comptant toutefois "juger aux actes".

La CFDT Fonctions publiques souhaite voir Gérald Darmanin s'engager rapidement sur le rendez-vous salarial, la poursuite de la mise en œuvre du protocole PPCR et l'élaboration d'un agenda social.

CGT Fonction publique

"Le rattachement de l'action publique aux comptes publics sans que ne soit citée la fonction publique laisse entendre que celle-ci est considérée comme une variable d'ajustement. Par ailleurs, la seule mention de l'action publique sans référence aux fonctionnaires pourrait également laisser craindre une volonté d'externalisation de certaines missions", commente Jean-Marc Canon, le secrétaire général de l'UFSE-CGT.

Le responsable syndical s'inquiète également de la volonté du nouveau chef de l'État, Emmanuel Macron, de procéder rapidement dans la conduite de ses réformes et s'interroge sur la poursuite des chantiers lancés sous le quinquennat Hollande. "Nous souhaitons être rapidement contactés par le cabinet de Gérarld Darmanin sachant que tous les anciens ministres et secrétaire d'État chargés de la Fonction publique nous ont toujours très rapidement consultés après leur nomination", rappelle-t-il.

FA-FP

Après un quinquennat marqué par une "démarche progressiste" et une action soutenue en direction des fonctionnaires se traduisant notamment par "200 réunions d'agenda social, la signature de plusieurs protocoles d'accord, la suppression du jour de carence et la réaffirmation d'une fonction publique de carrière au travers du dispositif PPCR", Bruno Collignon, le président de la FA-FP, pointe l'enjeu "exclusivement comptable" que semble faire de la fonction publique le nouveau gouvernement d'Édouard Philippe et l'absence de lisibilité.

Or, à l'inverse, "la fonction publique est une richesse et produit des services publics", insiste Bruno Collignon qui aurait préféré "la création d'un ministère de l'Action et des Richesses publiques". "Avec ses 5,4 millions d'agent.e.s, sa politique d'emploi des séniors, son engagement en matière de recrutements sur des principes d'égalité et de citoyenneté, son attachement aux règles de déontologie et son accès à l'ensemble des citoyennes et citoyens sans distinction aucune, le service public doit être regardé d'abord et surtout au travers des valeurs de solidarité qu'il incarne au sein de notre société", estime la FA-FP.

FGF-FO


"Nous avons adressé au ministre de l'Action et des Comptes publics une demande d'audience", indique à l'AEF Christian Grolier, secrétaire général de la FGF-FO, se disant "extrêmement déçu qu'il n'y ait pas de ministère dédié à la fonction publique alors que l'État est le premier employeur de France et que les gouvernements précédents ont depuis 10 ans, pris soin d'élaborer un agenda social".

Inquiet du rattachement des questions de fonction publique à Bercy, Christian Grolier rappelle que "derrière la fonction publique, ce sont le modèle social, la cohésion sociale et la neutralité des services publics qui sont en jeu". Les syndicats comptent interroger en priorité Gérald Darmanin sur sa vision des relations sociales et son degré d'implication dans les dossiers. Pour la FGF-FO, qui réclame "un ministère à part entière", devront être traités en premier lieu le respect du statut général et des statuts particuliers, le pouvoir d'achat des agents ainsi que l'organisation, "avant toute réforme" d'un débat de fonds sur les missions.

FSU

Exprimant son "regret profond que le nouveau gouvernement ait choisi de ne pas prévoir un ministère de plein exercice pour la fonction publique", la secrétaire générale de la FSU, Bernadette Groison, pointe le signal envoyé selon lequel "la fonction publique n'est vue que sous l'angle de la réduction des dépenses publiques" alors que la fonction publique est au contraire nécessaire "pour installer le pays dans la croissance et le développement économique et social". 

"Nous espérons que cette situation n'est que transitoire d'ici aux élections législatives et que le Premier ministre et le président de la République entendront nos arguments pour faire un atout de la fonction publique", ajoute Bernadette Groison, espérant être sollicitée "spontanément" et rapidement par le ministre de l'Action et des Comptes publics pour une entrevue.

Unsa Fonction publique

Reprenant les mêmes arguments que ses homologues et évoquant "un mauvais signal pour les agents", Luc Farré, secrétaire général de l'Unsa Fonction publique, s'étonne par ailleurs de la séparation des questions de fonction publique et d'organisation territoriale. Attendant que soient précisées les attributions de Gérald Darmanin, il rappelle également le programme radical envers la fonction publique de son co-locataire de Bercy, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, lorsqu'il était candidat à la primaire de droite. 

Demandant à être reçu "rapidement" par le ministre de l'Action et des Comptes publics, il estime nécessaire d'aborder les sujets de fond autres que comptables, telle la DRH de l'État, "seul moyen d'avancer". "Nous devons faire comprendre que la fonction publique est un enjeu pour notre pays", insiste-t-il.

Services publics CFE-CGC

Dans un communiqué diffusé ce 18 mai, la fédération des services publics de la CFE-CGC s'inquiète de ce remaniement alors que les dossiers sont plus nombreux que jamais et nécessiteraient un ministère à part entière".

"Doit-on associer cette absorption à une logique comptable ?", se demande la fédération, qui "sollicite une audience rapide auprès du nouveau ministre Monsieur Darmanin afin de lui porter ses revendications légitimes et attendues par les fonctionnaires et agents publics".

Solidaires

Le secrétaire national de Solidaires, Denis Turbet Delof, s'étonne également que Gérald Darmanin soit à lui seul "responsable de l'action et des comptes publics, de la fonction publique, de la sécurité sociale et de la réforme de l'État". Regrettant que la fonction publique ne soit vue que comme une "variable d'ajustement", il appréhende la suppression des 120 000 postes de fonctionnaires prévue par Emmanuel Macron et craint que le statut ne soit attaqué en raison d'un recours accru au contrat.

Par ailleurs, dans ce contexte, "que vont devenir le conseil commun de la fonction publique et le conseil national des services publics ?", s'interroge-t-il, pointant l'absence de débat en amont sur les missions publiques.


Source : AEF

En savoir plus... (pdf, 266 Ko)
[18/05/2017]

 



© FA-FPT - Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale - 96 rue Blanche 75009 Paris - Affiliée à la FA-FP