FAFPT - Syndicat Autonome de la Fonction Publique Territoriale
FA-FPT > Fédération > Edito

Edito

Avis de tempête sur la Fonction publique !

Remise en cause du statut, réintroduction du jour de carence, réduction de 10 % des effectifs sur les trois versants (500 000 agents-tes), démantèlement du système de retraite par répartition publique spécifique à la Fonction publique, augmentation du temps de travail … cet inventaire, malheureusement non exhaustif, aurait de quoi décourager plus d'un défenseur du service public compte tenu de la violence des arguments développés depuis quelques semaines et qui ne manqueront pas de se propager dans les prochains mois.



Avis de tempête sur la Fonction publique !

 

Face à l'obscurantisme qui guide encore aujourd'hui les nostalgiques de l'époque où la retraite, les congés, les droits sociaux, l'accès aux soins étaient considérés comme un luxe réservé à une élite, la Fédération Autonome poursuit inexorablement son engagement pour une société plus juste, plus solidaire, respectueuse des différences et exigeante pour l'avenir de sa jeunesse et la dignité de ses anciens.

Nul doute que le service public a un coût, mais avons-nous déjà oublié quel est le prix à payer lorsque les citoyennes et les citoyens se retrouvent dans la situation de devoir assumer seuls-es l'accès aux soins, à l'éducation, à l'eau potable, aux services d'urgence, sans parler de la retraite ou de l'accès à la culture ?

Avons-nous oublié que la véritable force du service public consiste avant tout à permettre à chaque personne, quelle que soit sa situation socio-économique, de bénéficier de tous les progrès réalisés dans des domaines aussi variés que celui du monde médical, de l'éducation, de l'accompagnement social ?

Avons-nous oublié que dans une société comme la nôtre, aucune personne ne peut se voir refuser l'accès au service de neurochirurgie de pointe qui vient de s'ouvrir dans un hôpital public, au prétexte qu'elle n'en aurait pas les moyens, dès lors que l'équipe médicale constate que son état de santé le nécessite ?

De même, aucune famille ne verra ses enfants exclus de l'école publique sur des critères économiques, personne ne se verra refuser l'accès au service public de proximité, géré par les collectivités territoriales sur des critères non conformes aux règles de déontologie.

C'est bien là la vraie richesse du service public, une richesse accessible à toutes et tous !

Mais au fond, les détracteurs de la Fonction publique ont bien compris toute la richesse que représente le service public puisqu'ils n'hésitent pas à s'arracher la gestion de l'eau potable chaque fois que l'occasion leur en est donnée, ou à s'engouffrer dans des partenariats publics privés (PPP) ruineux pour les fonds publics, juteux pour les investisseurs.

Combien d'hôpitaux, dont la construction au coût pharaonique a été confiée à des investisseurs qui aujourd'hui engrangent des profits considérables au travers des loyers payés grâce aux finances publiques, ferment des lits et réduisent leurs effectifs à cause d'une contrainte financière immobilière insupportable ?

Nos collègues de la FA-FPH, invités de notre journal, dénoncent d'ailleurs avec une grande pertinence la dérive de l'hôpital public et nous ne pouvons que les encourager et les soutenir dans leur engagement pour la défense du/de la patient-te qui ne doit en aucun cas être réduit-e à une simple clientèle !

Dans un contexte où la précarité est loin d'avoir disparu, y compris dans la Fonction publique, il n'est pas inutile de rappeler que la situation économique de notre pays était autrement plus fragile lorsque la Sécurité sociale, le système de retraite par répartition publique, les congés payés, la réduction du temps de travail ou la Fonction publique ont été créés.

C'est donc à partir de tous ces éléments que la Fédération Autonome va s'appliquer à démontrer dans les prochaines semaines que le service public, ses agentes et ses agents, sont loin d'être une charge pour la société, mais représentent en fait une richesse inestimable puisqu'elle permet de réduire les injustices et d'éviter l'exclusion des plus démunis !

Au final, il s'agit plutôt d'une tempête dans un verre d'eau et nous ne la laisserons pas prendre plus d'importance …

Avec la FA, un autre syndicalisme est possible !

Bruno COLLIGNON
Président de la FA-FPT


[27/02/2017]

 




© FA-FPT - Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale - 96 rue Blanche 75009 Paris - Affiliée à la FA-FP